Association du Mémorial de Rebecq ligne

* Hommage de la République de Tchéquie - Rebecq 19/05/2021: le récit *

RETOUR À LA PAGE DES VICTIMES CIVILES - BACK TO THE PAGE OF THE CIVILIAN VICTIMS

Georges De Braeckeleer

Page en cours d'élaboration

photo

Informations personnelles - Personal information

Date et lieu de naissance - Date and place of birth:
Etat civil le 27 mai 1944 - Civil statut on June 27th 1944:
Profession:
Adresse am moment de l'arestation - Address on 27/06/1944:

Nom du père - Name of the father:
Nom de la mère - Name of the mother:

Nom de l'épouse - Name of the spouse:
Enfants - Children:

Informations relatives à son arrestation - Information concerning arrest

Date de l’arrestation - Date of arrest: 27/06/1944
Motifs invoqués - Reasons of arrest:

1er Lieu de détention - 1st place of Detention:
Date d’entrée - Date of entrance:
Date de sortie - Date of release:

2e Lieu de détention - 2nd place of Detention:
Date d’entrée - Date of entrance:
Date de sortie - Date of release:

3e Lieu de détention - 3rd place of Detention:
Date d’entrée - Date of entrance:
Date de sortie - Date of release:

4e Lieu de détention - 4th place of Detention:
Date d’entrée - Date of entrance:
Date de sortie - Date of release:

5e Lieu de détention - 5tht place of Detention:
Date d’entrée - Date of entrance:
Date de sortie - Date of release:

6e Lieu de détention - 6th place of Detention:
Date d’entrée - Date of entrance:
Date de sortie - Date of release:

Date de libération - Date of release:
Date de retour à Rebecq - Date of return to Rebecq:
Mort en déportation - Death in deportation

Activité de Résistance - Activities into Resistance:

Ligne

Informations diverses - Diverse information

* Les frères De Braeckeleer faisaient partie d'une fratrie qui comptait en plus une soeur. Ils étaient bien connus des Rebecquois et des habitants de la région. Ensemble, ils géraient la laiterie de Rebecq que leur mère, Clémentine Kesten, avait acquise vers 1935. La famille provenait de Strombeek-Bever, au nord de Bruxelles, où elle avait une autre laiterie. A Rebecq, le travail consistait à récolter le produit des traites du matin et du soir dans les fermes et de le ramener pour la production de lait, crème fraîche et beurre. L'entreprise s'était, en outre, spécialisée dans la fabrication de fromage fondu. Industriels avisés, les frères firent de l'entreprise une exploitation florissante, où travaillaient une quarantaine de villageois.

Dès le début de la guerre, les De Braeckeleer accueillirent les mouvements de résistance et les aidèrent en les cachant, en cachant leurs armes et munitions, en leur fournissant une aide matérielle et financière. Conjointement à cette action, la laiterie fournissait les écoles et comités d'aide sociale du lait et du fromage, ainsi que de l'argent en vue d'aider les plus démunis, en cette période de guerre.

Lorsque les Allemands instaurèrent le S.T.O. (Service de Travail Obligatoire), obligeant les jeunes hommes à partir en Allemagne pour y travailler dans les usines nazies, le nombre d'employés à la laiterie augmenta sensiblement: on compta jusque près de 120 personnes engagées par la laiterie. Un fait marquant à noter fut la présence pendant plus de deux ans d'Edmond Machtens, bourgmestre de Molembeek-Saint-Jean (une commune de Bruxelles) au domicile de Georges De Braeckeleer. Il était poursuivi par les occupants pour opposition et résistance et avait trouvé à Rebecq le refuge qui lui évita la déportation. Ci-dessous, le témoignage du bourgmestre résistant, lors du mariage de Georges.

Si les soldats allemands qui venaient chercher des produits laitiers à Rebecq avaient su qu'en dessous de leurs bottes se trouvaient les Belges qu'ils recherchaient...
Comme la plupart des Rebecquois arrêtés le 26 juin 1944, ils furent dénoncés par un collaborateur qui, par ailleurs, vivait à proximité de la laiterie. Lorsqu'ils revinrent des camps de concentration, un an s'était déjà écoulé depuis la libération. Les résistants sur place avaient eu l'occasion de faire reconnaître les actes de résistance, réels ou non. En mai 1945, la population cherchait à se reconstruire et on en avait un peu assez des récits des uns et des autres sur ce qu'ils avaient enduré. Ainsi, à l'instar de beaucoup de résistants de l'ombre revenus des camps de l'horreur, les frères De Braeckeleer n'évoquèrent rien de ce qu'ils avaient enduré durant l'année passée en déportation.

Les années cinquante furent celles de l'industrialisation du secteur alimentaire. La laiterie de Rebecq subit les effets de la modernisation et du finalement fermer ses portes. Les frères De Braeckeleer choisirent d'autres activités, hors de Rebecq.



* The brothers De Braeckeleer were a member of a siblings which counted more a sister. They were well known by inhabitants of the region. Together, they managed the dairy of Rebecq which their mother, Clémentine Kesten, had acquired by 1935. The family came from Strombeek-Bever, in the North of Brussels, where it had another dairy. To Rebecq, the work consisted in collecting the product of the morning and evening milkings in farms and to return it for the production of milk, cream and butter. The company had specialized, besides, in the manufacturing of cheese. Good bussinessmen, the brothers made of the company a prosperous factory, where worked about forty villagers.

From the beginning of the war, the De Braeckeleer welcomed the movements of resistance and helped them by hiding them, by hiding their weapons and ammunitions, by supplying them a material and financial help. Jointly in this action, the dairy supplied schools and committees of social assistance with the milk and cheese, as well as the money to help the most deprived, in this war period.

When the Germans established the S.T.O. (Service of Compulsory Work), obliging the young men to leave for Germany to work it in the Nazi factories, the number of employees to the dairy increased appreciably: we counted to about 120 emploees in the dairy. A striking fact to be noted was the presence during more than two years of Edmond Machtens, mayor of Molembeek-Saint-Jean (a municipality of Brussels) in the place of residence of Georges De Braeckeleer. He was pursued by the occupants for opposition and resistance and had found to Rebecq the refuge which avoided him the deportation. Below, the testimony of the resistant mayor, during Georges's marriage. If the German soldiers who came to buy dairy products to Rebecq's dairy had known that below their boots were the Belgians whom they looked for...

As most of Rebecquois arrested on June 26th, 1944, they were denounced by a traitor who, besides, lived near the dairy. When they came back from concentration camps, one year had already passed by since the liberation. The on-the-spot Resistance fighters had already the opportunity to make recognize the acts of resistance, real or not. In May, 1945, the population tried to reconstruct and had a little bit enough narratives of it of some and others on it they had endured. So, following the example of many Resistance fighters of the shadow returned the camps of the horror, the brothers Of Braeckeleer evoked nothing of it they had endured during the last year in deportation.

The fifties were the ones of the industrialization of the food sector. The dairy of Rebecq was affected by the modernization and finally, had to close its doors. The brothers De Braeckeleer chose other activities, outside of Rebecq.

* Une particularité des frères Debraeckeleer: Deux frères avaient le même premier prénom: Arthur. Cela occasionna bien des quiproquos durant des années. Le benjamin de la famille se fit appeler "Georges".
* A peculiarity of the brothers Debraeckeleer: two brothers had the even first first name: Arthur. It caused many mistakes during years. The youngest of the family was called "Georges"

De Braeckeleer g

Déclaration de disparition de Georges De Braeckeleer faite par Alice Praille
Declaration of disappearance of Georges De Braeckeleer made by Alice Praille


De Braeckeleer g De Braeckeleer g

Formulaire de demande de rapatriement de Georges Debraeckeleer - Request form of Georges Debraeckeleer's repatriation


De Braeckeleer g

Fiche de renseignement accompagnant le prisonnier politique lors de son rapatriement
Datasheet accompanying the political prisoner during his repatriation


De Braeckeleer g

De Braeckeleer g

De Braeckeleer g

Déclarations de témoins attestant que les frères De Braeckeleer ont été pleinement impliqués dans la Résistance
Declarations of witnesses giving evidence that the brothers De Braeckeleer were completely implied in the Resistance


De Braeckeleer g

Les frères Debraeckeleer de retour de captivité


De Braeckeleer g

De droite à gauche: Arthur et son épouse, Louis et son épouse, et Georges


De Braeckeleer g

Louis (g) et Georges (d) Debraeckeleer entourant Joseph Mahy, au retour de Sachsenhausen


De Braeckeleer g

De Braeckeleer g

De Braeckeleer g

Cartes de Prisonnier Politique et Résistant de Georges - Political Prisoner and Resistance man cards of Georges


De Braeckeleer g

Réponse faite à Irène Delombaerde, fiancée de Georges disant que les recherches pour le retrouver sont impossibles
Answer sent to Irène Delombaerde, fiancée of Georges saying that the searches to find him are impossible


De Braeckeleer g

De Braeckeleer g

De Braeckeleer g

Mariage de Georges et d'Irène par le Bourgmestre de Molembeek-St-Jean Edmond Machtens et
discours de celui-ci expliquant l'action résistante de Georges
Marriage of Georges and Irène by the Mayor de Molembeek-St-Jean, Edmond Machtens and
speech of this one explaining Georges's resistant action


De Braeckeleer g

Les décorations de Georges - Georges'medals


Nous nous souvenons de lui - We remember him

Sources et photos:
Guy De Braeckeleer
M & Mme Latinis, Rebecq
Mémorial de Breendonck