Association The Belgians Remember Them ligne

Assemblée Générale le 21 février 2019 à l'ancienne Gare de Rebecq



Avec les Britanniques

Le temps que la famille se réinstalle à la maison, j’apprends que les Anglais recrutent des Français pour le « MOBILE LABOUR GROUP ». Des amis ont déjà signé ! Il s’agit d’un service d’intendance de la British Army qui enrôle des jeunes hommes au gré de son avancée en fonction des besoins de main d’œuvre destinée à accomplir diverses tâches urgentes comme par exemple, enterrer les cadavres d’animaux, stocker les denrées destinées aux civils, charger les camions de jerrycans de carburant, etc. Cela m’intéresse grandement, et je file expliquer la chose à mon père et lui demander l’autorisation d’accompagner mes copains. Il réfléchit durant une journée et finalement me dit qu’il est d’accord. Je file à Caumont-L'éventé, sis à une dizaine de km de la maison. Là, se trouve le centre de recrutement, où je signe mon incorporation, le 9 août. Nous recevons un uniforme vert, qui nous différencie des soldats qui portent un uniforme kaki. Des sous-officiers anglais nous encadrent et nous expliquent ce que nous aurons à faire. Notre travail sera de suivre les troupes, au fur et à mesure de leur avancée. Nous devrons nous occuper du chargement et du déchargement des camions. Le campement est installé dans une prairie et nous dormons sous tentes.

chantemilant

L’intendance suit avec le carburant et les denrées nécessaires.

chantemilant

Les dépôt de carburant sont improvisés dans des champs dont l’accès permet aux engins de toutes sortes de venir s’approvisionner en carburant

De Caumont, je suis dirigé à Sept-Vents, non loin de là. Nous campons sous tentes. Ensuite, c’est vers Bourgtheroulde que nous sommes dirigés. A un certain moment, nous sommes rassemblés et on nous dit qu’une section spéciale va être directement constituée, pour aller vers la Belgique. Il faut des volontaires. Avec mes amis, je rejoins cette formation et nous partons à Brionne, dans l’Eure, à 160 km, en camion. Nous faisons comme cela plusieurs arrêts, toujours dans des prairies, où un camp est monté à la hâte, et où nous déchargeons des camions de marchandises et de matériel divers qui sont destinés soit, à la population civile de la région où nous nous trouvons, soit aux troupes qui continuent à avancer. Vers le 6 septembre, alors que nous stationnons dans la localité appelée Les Bottereaux, dans le département de la Loire, on nous signale que notre prochaine sera la Belgique. Bruxelles a été libérée, et l’avance rapide des Alliés nécessite que l’intendance suive en même temps. Nous partons le soir, et arrivons à Bierghes, petit village situé à une trentaine de km de Bruxelles. Là, on nous signale que suite aux accords conclus avec l’Armée Blanche (résistance belge) ne souhaite pas voir de civils français en Belgique; le personnel civil de la British Army sera désormais recruté parmi les Belges, ce qui signifie que notre contrat est terminé, on nous rapatriera bientôt. En attendant, nous pouvons essayer de trouver à nous loger chez les civils du coin.

chantemilant

Une colonne de camions d’approvisionnement, en août 1944, remonte vers la Belgique

chantemilant

Prisonniers allemands, sur la route d’Enghien, à 6 km de Bierghes

J’arrive au hameau nommé Wisbecq, à un petit kilomètre de Bierghes, où je suis accueilli par le charron du village, Ernest Plettinckx. Je passe quelques jours forts agréables dans cette famille, où je suis accueilli comme un fils. J’ai l’occasion de lui refiler un peu d’essence pour sa motocyclette, ce qui lui fait un grand plaisir. J’arrive également à écouler de la marchandise telle que des chaussures, ce qui trouve immédiatement preneur. Mais il me faut rejoindre mes copains et le camion qui nous ramène chez nous, où je retrouve mes parents et ma sœur avec joie, après cette belle aventure, au cours de laquelle, j’ai vécu des expériences extraordinaires et rencontré des personnes qui sont devenues des amis. Je vais avoir 16 ans !

chantemilant

Wisbecq, hameau de Saintes, près de Bierghes, où je resterai quelques jours

chantemilant